Nos retraités ont du talent !

Tous les retraités ne passent pas leur temps à se plaindre, à geindre ou à râler. Georges Plassat, l'ancien PDG de Carrefour n'est pas de ceux-là. Vous ne l'entendrez pas pleurer devant les journalistes pour quelques euros en moins sur sa retraite bien méritée.
Pourtant, la précarité, il sait ce que c'est. En quittant le groupe la tête haute, il a dû se contenter de trois millions d'euros d'indemnités de départ. C'est peu, mais « il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur », aime à répéter cet éternel optimiste.
Pour atténuer le choc et sans doute pour prévenir l'éventuelle déprime du passage à la retraite, le conseil d'administration de Carrefour lui verse 500 000 euros de bonus annuel, à vie. Carrefour,entreprise qui nourrit la planète de ses bienfaits, est une entreprise humaine, voire humanitaire ! Elle n'abandonne pas ses seniors.
En 2016, les revenus de l'ancien PDG avaient plafonné à 10 millions d'euros (3,5 millions de salaires + 3,3 millions "à long terme" + 3,1 millions d'actions). Pas de quoi pavoiser.
« Cette indemnité de départ, ça tombe à pic », s'est réjouit Georges Plassat, « ça va me permettre de changer le lino de ma table à manger, elle en a bien besoin... », précise cet homme qui s’est toujours contenté de vivre chichement.
Pour Georges Plassat, une nouvelle vie commence. Une vie faite de simplicité. « Nous, les petits retraités, nous sommes prêts à faire un geste si Macron nous le demande. » Une bien belle preuve de solidarité de la part dece tout jeune retraité qui, soyons en sûr, saura rebondir rapidement.
« Àmon âge, c’est pas facile, vous savez. Je vais voir si je peux encore être utile à la société en participant à des conseils d’administration, par exemple. »
Prions pour que cet appel soit entendu par les grandes entreprises, car ce serait dommage de ne pas profiter de l’expérience et du savoir de Georges Plassat, un aîné méritant.
Back to Top